Niveau :      
Résumé : atime, ctime, mtime, crtime

Je constate que je n'ai jamais fait d'article sur les dates de fichier, c'est bien dommage car on me pose souvent la question. Voila qui va régler ce malentendu.

ctime et mtime

Unix depuis très longtemps ne stocke pas la date de création d'un fichier (contrairement à windows). A la place il stocke 3 dates au format timestamp unix. Les plus difficiles à comprendre sont mtime et ctime. Mais en réalité c'est simple, il suffit d'apprendre leur nom :

  • mtime : modification time, date de dwœernière modification du contenu du fichier
  • ctime : change time, date de dernier changement des métadonnées du fichier (par exemple le propriétaire)

Rien que pour vous, j'ai un moyen antimnémotechnique : M comme Contenu et C comme Métadonnée. Je ne sais pas vous, mais moi ça marche.

Attention, la modification du contenu d'un fichier modifie sa date de modification, qui est une métadonnée ... Elle modifie donc aussi sa date de changement. En conséquence de quoi on a toujours ctime >= mtime.

atime

Historiquement unix a eu l'idée originale de stocker la date de dernier accès à un fichier, le atime (access time). Ça a l'air cool, mais en réalité c'est une fausse bonne idée car elle interfère avec la notion fondamentale de lecture. En effet, pour mettre à jour le atime, chaque lecture impliquera une écriture.

Plus le temps passe plus le atime est problématique. Ça a commencé avec les sites web qui avaient des problèmes de performance à cause de la mise à jour du atime lors de la lecture des fichiers. On a alors inventé la possibilité de désactiver le atime au montage (option noatime).

Puis ça continue avec le SSD, écrire le atime implique une écriture toute petite à chaque lecture de fichier, ce qui implique la modification d'un inode et donc d'un block disque. Et avec le fonctionnement du SSD cela implique la lecture et la réécriture d'un gros bloc de données, donc des problèmes de performances. Puisque le atime reste utilisé par quelques applications (aussi rares soient-elles), on a inventé l'option relatime, qui ne met a jour le atime que s'il était égal ou antérieur au ctime. Ça permet de détecter une lecture depuis la dernière modification tout en faisant sauter un grand nombre de mises à jour du atime (mais pas toutes).

Le problème suivant intervient avec les snapshots, lorsqu'on utilise des snapshots de disques (à travers LVM ou à travers un serveur de VM), on se retrouve à mettre à jour le disque de snapshot et donc occuper de l'espace disque rien qu'en le lisant. Le summum étant atteint avec btrfs. Si vous faites un snapshot avec btrfs il ne vous prendra quasiment aucune place sur le disque. Si vous faites un find sur ce snapshot, la mise à jour du atime va quasiment remplir l'espace disque du snapshot d'une copie complète des données originales.

Conclusion, oubliez le atime ...

crtime

Comme je vous l'ai dit, windows stocke la date de création, c'est donc tout naturellement que les linuxiens ont voulu la même fonctionnalité. C'est enfin chose faite avec ext4. En effet, ext4 a profité de l'agrandissement de la taille des inode (de 128 à 256) pour stocker plus d'informations, celles-ci incluent la date à la nanoseconde près et la date de création.

Cool, mais comment fait-on ?

Malheureusement, les outils habituels n'ont pas encore été mis à jour pour récupérer cette information. Il nous faut donc le faire à la main :

# d'abord on récupère le numéro d'inode du fichier
$ stat --format "%i" /chemin/vers/le/fichier
# puis on récupère la date de création
$ debugfs -R 'stat <123456>' /dev/partition | grep crtime

Notez que ça ne marche que sur des partitions ayant des inodes de 256 octets, ce qui exclue les systèmes de fichiers mis à jour depuis ext2 et ceux venant d'un ext3 avec des inodes de 128 octets.