2014 January Skip to content

Linux Attitude

Le libre est un état d'esprit

Archive

Archive for January, 2014

Scotch

Republié par http://lesjoiesdusysadmin.tumblr.co...

Niveau :      
Résumé : stats

Howdy ho !

Savez-vous ce qu'il y a de nouveau dans ext4 ?

Tout le monde sait à peu près qu'il y a moyen de stocker plus de fichiers et des fichiers plus gros que dans ext3. Bon c'est gentil, mais quand on ne s'appelle pas google ou la NSA, stocker des fichiers de plus de 2To n'est pas vraiment notre priorité.

De plus l'usage des extents, qui permet ce genre de choses, a l'avantage de réduire la fragmentation. Bien.

Passons à des choses plus sympathiques, savez-vous que ext4 peut stocker la liste des blocs inutilisés ? Ça n'a l'air de rien, mais du coup la durée de fsck n'est plus proportionnelle à la taille du volume, mais à la quantité de données stockées ! Enfin une bonne nouvelle.

Ext4 supporte la méthode discard, c'est à dire l'indication au block device que certains blocs ne sont plus utilisés. Cette fonctionnalité est indispensable pour conserver les performances des SSD sur le long terme.

Parlons des dates maintenant. Le format de stockage des dates a changé, ce qui veut dire deux choses : on est maintenant Y2038 safe et on peut maintenant stocker des dates précises à la nanoseconde.

De plus il est possible de stocker une date supplémentaire : la date de création (crtime). Cette information était un gros manque pour les habitués du système de Microsoft. En effet, il est trop facile et fréquent de toucher aux fichiers et par là même mettre à jour les dates du fichier. La date de création elle est immuable et permet de savoir quand est apparu un fichier.

Des nouveaux timestamps !

Ceux-ci dépendent d'une nouvelle fonctionnalité d'ext4 : les inodes de 256 octets. On ne peut donc avoir les timestamps à la nanoseconde et la date de création que sur des systèmes de fichiers fraîchement créés et pas sur des systèmes upgradés depuis ext3 s'ils avaient été créés avec la taille par défaut.

Pour pouvoir les stocker, il faut passer l'option -I 256 à la création du système de fichier.

$ mkfs.ext4 -I 256 /dev/sdXY

Et pour les utiliser ?
Sachant qu'il s'agit de fonctionnalités d'un système de fichiers, il faut passer par le VFS pour les utiliser. Le problème c'est que le VFS n'avait pas prévu ce cas. Il y a donc de nombreuses modifications à faire avant de les voir arriver dans ls : modifier le VFS pour avoir une fonction permettant de récupérer ces données, modifier l'appel système stat, modifier la libc, modifier ls et ses amis pour qu'ils affichent l'information.

C'est trop bête, nous avons l'information sur le disque et nous n'y avons pas accès. Heureusement, si on est root, un disque ça se lit, il suffit juste de savoir où est l'info et d'aller la chercher.

Lire la date de création d'un fichier

Je rappelle que les autres dates directement disponibles avec stat sont : atime (dernier accès), mtime (dernière modification du contenu) et ctime (dernière modification de métadonnées).

On récupère l'inode du fichier

$ stat -c%i fichier

On récupère la partition sur laquelle est stockée le fichier

$ df fichier | awk 'NR==1 {next} {print $1; exit}'

Et enfin on lit les infos directement sur le disque avec debugfs (il faut être root)

$ debugfs -R "stat <$inode>" /dev/sdaX

Ce qui agrégé en une ligne de commande donne pour le fichier $file :

$ file=/bin/ls; debugfs -R "stat <$(stat -c%i "$file")>" $(df "$file" | awk 'NR==1 {next} {print $1; exit}')  | grep time

Niveau :      
Résumé : hdparm -z /dev/used_device

Comment repartitionner un disque contenant une partition indispensable (par exemple /) sans rebooter ?

Si l'intégralité de votre disque est en LVM, cet article ne vous concerne pas puisque vous pouvez simplement redimensionner vos volumes LVM. Mais supposons que vous ayez au moins une "partition" que vous voulez redimensionner.

Posons une limite : il ne vous sera pas possible de toucher à une partition en cours d'utilisation et de prendre en compte cette modification sans rebooter ou la désactiver temporairement.

Une partition est dite utilisée si elle est montée ou activée en tant que swap, utilisée dans un MD lancé ou présente comme PV (physical volume) dans un VG (volume group) actif.

C'est Parti

Maintenant nous avons un disque dont une partition au moins est utilisée, et une autre (celle qu'on veut redimensionner ou déplacer) ne l'est pas.

Modifions la table des partitions avec fdisk (cfdisk ou parted feront l'affaire). Attention, pour toute autre opération qu'une création ou un changement du secteur de fin (déplacement), fdisk ne suffira pas.

Lorsque vous quittez l'outil et que vous écrivez sur le disque, celui-ci tente de relire la table des partitions. Puisqu'une des partitions est en cours d'utilisation, il vous indique qu'il n'a pas pu le faire.

Si vous pouvez libérer la partition temporairement, alors il suffit d'utiliser la commande suivante pour que sa table des partitions soit relue :

$ hdparm -z /dev/sdX

Supposons que vous ne puissiez pas libérer la partition. La solution est simplement d'utiliser un loopback ! Pour cela, récupérez l'offset à utiliser depuis la table de partition :

$ fdisk -lu /dev/sda | grep sda2
> /dev/sda2         1026048   286515199   142744576   83  Linux

Ici l'offset de début est 1026048*512 et celui de fin 286515199*512. Il n'y a plus qu'à créer le loopback. Attention pour la taille la formule est "secteur de fin - secteur de début + 1" car ces secteurs sont inclus :

# unités : octet
$ losetup -o $(($start*512)) --sizelimit $((($end-$start+1)*512)) -f --show /dev/sda 
# un message d'erreur apparait, mais il peut être ignoré

Et voilà, vous pouvez maintenant faire un resize2fs sur le device de loopback et/ou un mount directement !

PS :
On pourrait croire qu'on peut faire mieux avec device mapper et dmsetup. Mais en fait ce n'est pas possible car device mapper considère que le disque complet est en cours d'utilisation si une de ses partitions est utilisée.