2011 March Skip to content

Linux Attitude

Le libre est un état d'esprit

Archive

Archive for March, 2011

Niveau :      
Résumé : /proc/sys/fs/binfmt_misc/register

Exécution

Savez-vous qu'on peut rendre n'importe quel fichier exécutable sous linux ? Bien sûr il suffit de faire un chmod +x, mais le noyau risque de vous envoyer balader si le fichier n'est pas réellement exécutable.

Mais je parle ici de rendre exécutable n'importe quel fichier, un jar, un source en C, un MP3 ...

Mais comment quoi que donc !?

Pour exécuter un fichier, le noyau lit les premiers octets du fichier et vérifie qu'ils correspondent à un format binaire (binfmt) connu. Il existe un système pour ajouter des formats binaires à ceux déjà supportés dans le noyau (en gros les elf et les scripts). Il s'agit du format misc.

Pour savoir si ce format est supporté chez vous, ce qui est très probable, lancez la commande :

$ cat /proc/sys/fs/binfmt_misc/status

S'il n'est pas supporté, il faut charger le module et monter le répertoire :

$ modprobe binfmt_misc
$ mount binfmt_misc -t binfmt_misc /proc/sys/fs/binfmt_misc 

continue reading...

Vous vous rendez compte ! Ça fait 4 ans que j'ai créé ce site. Et un anniversaire c'est le bon moment pour faire un bilan.

Tout d'abord mille excuses, je ne fais plus autant d'articles qu'au début, mais je pense qu'ils sont un peu plus fouillés donc je l'espère plus intéressants.

Sur le même sujet il y a 2 ans j'ai fait une page et un flux RSS pour voir tous les articles parus il y a exactement 2 ans. Ils existent encore, cela vous permet de faire comme si le site était plus jeune et suivre une parution régulière d'articles. Mais je ne vais pas recommencer pour les 4 ans, ça ne semble pas intéresser beaucoup de monde de tout relire depuis le début.

Il n'empêche que ces articles sont toujours d'actualité.

Passons aux chiffres :

  • 400 à 450 visiteurs par jours en semaine (je sais que vous pouvez faire mieux !)
  • 372 articles
  • un compte twitter
  • plus de 100 tweets
  • zéro blonde à forte poitrine rencontrée à travers le site

Niveau :      
Résumé : arecord && aplay ; ctrl-x ctrl-e ; vim :sudo save ; mount ; table ASCII

Lire en local le son enregistré sur un micro distant avec alsa (merci buntu35) :

$ ssh USER@REMOTESYSTEM arecord - | aplay -

Sous bash, éditer une longue ligne de commande en cours (avec $EDITOR) :

ctrl-x ctrl-e

Sous vim, faire un "sudo save" :

:w !sudo tee %

Enfin afficher proprement le résultat de mount (faites en carrément un alias) :

$ mount | column -t

Si comme moi il vous arrive de chercher la table ascii sur google, ne cherchez plus :

$ man ascii

Niveau :      
Résumé : xkbprint ; setxkbmap

Je ne vais pas parler du dvorak ni du bépo.

Je ne vais pas non plus parler des claviers physiques comme le typematrix ou l'optimus.

Commençons par le commencement, savez-vous quelle est la disposition de votre clavier ? Le cancre au fond qui a dit iso8859-1 a perdu !

Il ne faut pas confondre iso8859-1 qui est un ensemble de caractères et latin1 qui est une disposition de touches sur un clavier. Au cours du temps la table des caractères a évoluée en iso8859-15 et la disposition clavier en latin9 et ce dans le but de gérer le symbole euro. Mais le latin9 est aussi utilisé pour écrire de l'unicode qui remplace petit à petit la table iso.

Mais le besoin de caractères accentués fait qu'une nouvelle disposition est apparue. Le fr-oss, que je vous conseille. Il vous permet de faire quasiment tous les caractères accentués avec la touche alt-gr. En effet, avec la disposition latin9, soit le caractère accentué est sur le clavier, soit il n'est pas accessible.

Pour connaitre votre disposition actuelle, vous pouvez l'afficher :

# remplacez 1 par 2 pour voir ce qui se passe avec alt-gr
$ xkbprint -color :0 -ll 1 -o layout.ps
# aficher l'image avec gv
$ gv layout.ps

Pour être plus précis, latin9 est un variante du clavier français. C'est à dire que la base est la même que les autres claviers français, mais quelques petites choses changent. La variante oss est bien pratique lorsqu'on écrit du français plus littéraire.

Comment la tester ? En l'activant :

$ setxkbmap fr -variant oss

Et voila, vous avez maintenant accès aux « œ » … directement avec la touche alt-gr.

Pour plus de détail sur ce qui change, vous pouvez lire cet article : http://idoric.free.fr/dotclear/inde...

Et si vous n'avez pas de clavier du tout essayez un clavier virtuel.

Niveau :      
Résumé : zdump ; zic

Le temps est absolu

Le temps est quelque chose de sensible. Si mon serveur est en retard il va croire que la personne qui vient de s'authentifier sur mon site essaie de me flouer en me donnant une date invalide. S'il est en avance, il va croire qu'il n'est pas venu depuis longtemps et va le déconnecter.

Il est donc important d'être toujours à l'heure, car l'heure c'est l'heure et quand il est pas encore l'heure c'est pas l'heure et s'il n'est plus l'heure ce n'est toujours pas l'heure. Vous me suivez ?

Mais pour une fois je ne vais pas vous parler de l'heure selon NTP, mais l'heure selon Saint Matthieu, enfin presque.

Supposons que, grâce à votre professionnalisme, votre machine soit à l'heure, voire à la seconde, grâce à NTP. Supposons que vous vouliez connaitre cette heure. Que faites-vous ? Vous la demandez au noyau (via time ou gettimeofday), et il vous la donne en UTC ...

Mais en pratique vous voulez l'heure de chez vous, celle qui dit que le soleil va se coucher dans la belle province. Bien sûr la libc va faire la conversion pour vous (via localtime, mais voyons comment elle fait.

Enfin presque

La date et l'heure s'expriment de plusieurs façons. L'heure UTC est la version "absolue"', c'est à dire qu'elle ne dépend pas des différentes régions de la planète où l'on se place. Mais tous les pays ne l'entendent pas de cette oreille et veulent chacun définir leur heure. Définition qui peut changer dans le temps ...

Pour faire la conversion, il faut donc connaître toutes ces règles. Heureusement des acharnés on fait ce travail de récupération et les ont déposées dans /usr/share/timezone sur le système de fichier.

Vous croyez qu'il n'y à que 24 fuseaux horaires ? Faux il y en a un peu plus. Maintenant comptons les timezone :

$ find /usr/share/zoneinfo/ -type f | wc -l
1764

Imaginez le temps qu'il a fallu pour compiler ces données ...

Vous constaterez que ce sont des fichiers binaires. La libc les lit directement (pour en savoir un peu plus, man tzfile et man tzset), mais pour nous humains ? On utilise zdump

$ zdump -v Europe/Paris

Vous y verrez les changements d'heure une seconde avant et une seconde après chaque changement. Remarquez qu'il y a plus d'information dans le binaire que dans le dump qui ne fait qu'afficher les dates de saut temporel.

Pas du tout

Mais aujourd'hui est un grand jour, je vais faire ma propre nation (une de plus). J'y édicterai un nouvel horaire, UTC+1,25 et heure d'été en UTC +0,75. Le changement se fera à MON anniversaire.

Il faut donc que je crée un fichier de zone correspondant à mon pays. Prenons le source suivant :

# règles de changement d'heure
Rule peck 2010 max odd Mar 6 4:00 -0:30 -
Rule peck 2010 max odd Sep 6 4:00 0 -
# définition de l'heure standard dans la zone
Zone peck 1:15 peck PCK

Et on le compile avec zic :

# notez que j'ai récupéré yearistype dans le source de tzdata
# il permet l'usage de odd dans mon fichier de règles
$ /usr/sbin/zic -d . -y "sh yearistype.sh" peck

Il suffit maintenant de le déposer dans /usr/share/timezone et voilà ce qu'on peut obtenir :

$ TZ=peck LC_TIME=C date
Mon Mar  7 17:48:02 PCK 2011
# notez la différence (UTC+x et PCK)
$ TZ=peck LC_TIME=fr_FR date
lundi 7 mars 2011, 17:48:37 (UTC+0045)

Votre timezone perso !

Pour des exemples complets et complexes de zones, vous pouvez regarder le source du paquet tzdata. C'est votre référence, mais je doute que vous ayez à y toucher prochainement !